Plan du site


Biographie en 15 pages Version imprimable

Luis et sa femme, Mathilde Sénéchal Robert Casadesus est né dans une famille de musiciens. Son grand-père, Luis, émigré catalan, aurait voulu être violoniste. Les circonstances ne lui ayant pas permis de réaliser son rêve (il fut typographe, puis comptable, et la nuit, dirigeait des orchestres de café-concert), il se promit que ses enfants, eux, seraient musiciens. Luis et sa femme, Mathilde Sénéchal donnèrent naissance à treize enfants.

Robert Casa,le père de Robert, acteur et chansonnier, naquit en en 1878. Neuf survécurent et huit furent musiciens. Parmi eux, Robert Casa, le père de Robert, acteur et chansonnier, naquit en en 1878.
Membre de la troupe de Sacha Guitry, il fut nommé par Dullin, directeur du Théâtre français de New York dans les années 20.

On ne peut dire que la naissance de Robert (le futur pianiste) eut lieu sous un ciel serein. Nous étions en 1899, et son père, alors âgé de 21 ans, avait une liaison avec une de ses camarades de Conservatoire où il étudiait la diction.

Robert fut le fruit de cette union de jeunesse. La jeune femme ne voulant pas assumer sa maternité, Robert-père décida de garder l'enfant plutôt que de le voir confier à l'Assistance publique. La tribu Casadesus accueillit le nouveau né sans l'ombre d'une hésitation. C'est à Tante Cécile, âgée de quinze ans, qu'échut la tâche de s'occuper de lui.


Reconnu par son père, adopté par toute la famille, Robert ne connut jamais sa mère. L'affection de la "tribu" compensa largement cette absence.

Ses dons pour la musique se manifestèrent très tôt. Luis décida de lui faire étudier le violon, car, disait-il : "Avec un violon on est sûr de trouver du travail !"

Robert ne l'entendit pas de cette oreille et lâcha très vite le violon pour le piano devant lequel il s'assit avec autorité et détermination. Après le mariage de Tante Cécile, ce fut Tante Rosette qui prit le relais de son éducation.


Robert à 9 ans (Royer)

Toute sa vie, Robert considéra Tante Rosette comme sa mère. Elle était, d'ailleurs, le capitaine du vaisseau Casadesus. C'est elle qui fit débuter Robert au piano.
Sans tarder, ses dons exceptionnels furent remarqués par tous ceux qui l'écoutaient. Le grand professeur de piano de l'époque, Isidore Philipp, le confia, sans aucune hésitation, à son répétiteur pour qu'il le fasse personnellement travailler selon ses méthodes.

Dès lors, les concours qu'il présente se succèdent avec succès et Robert obtient sa première médaille de solfège chez Lavignac, en 1911 et son premier Prix de piano à 14 ans dans la classe de Louis Diémer, autre professeur de renom.

Robert interprète " les Variations" de Gabriel Fauré, et Fauré alors directeur du Conservatoire de Musique de Paris, est membre du jury.
Après sa prestation, Fauré s'approcha de Robert et, lui tapotant la joue, lui dit : "Tu feras un bon petit pianiste".

Robert entre ensuite dans la classe de Lucien Capet, qui avait un rayonnement exceptionnel. Le quatuor répétait souvent chez les Casadesus Lucien Capet avait fondé un quatuor, Le Quatuor Capet, célèbre, à l'époque, dans lequel jouaient deux des oncles de Robert : Henri et Marcel.
Le quatuor répétait souvent chez les Casadesus et c'est ainsi que Robert fut initié à la musique de chambre. Les Quatuors de Beethoven n'avaient aucun secret pour lui. Il les connaissait dans tous les sens sans les avoir jamais joués !

Marius, violoniste talentueux A cette époque, Robert jouait en duo avec son oncle Marius, son aîné de sept ans. Marius, violoniste talentueux jouait dans l'Ensemble des Instruments Anciens qu'avait fondé son frère Henri, altiste. C'est ainsi que l'enfance de Robert ne fut que musique.
Gabrielle L'Hote Bien des années plus tard, Marius et Robert donneront de nombreux concerts ensemble. Mais l'un des événements majeur de la jeunesse de Robert fut, ans aucun doute, sa rencontre, au Conservatoire de la rue de Madrid, à Paris, avec la jeune Gabrielle L'Hote, de quelques années sa cadette, élève pianiste tout comme lui dans la classe de Diémer.

Rencontre sous le signe de la musique, certes, mais aussi naissance d'une complicité, qui se développera intensément et sans faiblir durant toue leur vie. Après la mort de Robert, Gaby, dotée d'une énergie inépuisable, continuera encore longtemps à perpétuer le souvenir de son mari. On peut dire que le couple Robert & Gaby Casadesus fut exemplaire sur tous les terrains : celui de la vie privée et celui de la vie professionnelle.

Alors qu'il y aurait pu y avoir une certaine compétition entre deux artistes jouant le même instrument, tout au contraire, naquirent entre eux, une fusion, une complémentarité telles que leurs deux vies évoluèrent, pourrait-on dire, à quatre mains. Le "couple-duo" perdurera, d'ailleurs au-delà de la mort de Robert, en 1972. En effet, sans jamais désarmer, Gaby consacrera le restant de sa vie à maintenir le souvenir de l'art de son mari; pour ce faire, quelques mois après la disparition de celui-ci, elle créera avec son fils Guy, l' "Association Robert Casadesus".

Veillant au renouvellement du répertoire discographique de Robert à travers le monde, elle fera également découvrir le catalogue de son mari compositeur constitué de 69 opus dont sept symphonies, plusieurs concertos (pour piano, deux pianos, trois pianos, violon, violoncelle, flûte) et de nombreuses œuvres de musique de chambre. Elle fondera également le Concours International de Piano de Cleveland, plus tard relayé, grâce à Jean-Claude Casadesus, par les Rencontres Internationales de Piano de Lille.

En 1999, dès la fin des célébrations organisées pour le centenaire de son mari, Gaby le rejoignait, sûrement avec le sentiment du devoir d'épouse et de partenaire accompli.

Mais revenons à la vie de ce jeune couple de pianistes.
Robert entre, tout naturellement dans le circuit des concerts. Dans les années 20, il travaille l'œuvre de Ravel qu'il interprète en présence du compositeur tandis qu'une réelle amitié lie les deux hommes.

Ravel ne lui dira-t-il pas, un jour, à la fin d'un récital : "Vous devez être vous-même compositeur pour jouer d'une telle manière les oeuvres des autres!". Ravel avait entendu juste. Depuis toujours, Robert composait et composera toute sa vie.
Les tournées à l'étranger se multiplient. Outre l'Angleterre, la Hollande, l'Allemagne et tous les autres pays d'Europe, d'Afrique du Nord, du Moyen-Orient ou d'Amérique du Sud, ce sont les Etats-Unis d'Amérique qui seront le terrain fertile de sa carrière. Sa rencontre, à Paris, (due au hasard qui le fit remplacer un confrère malade au pied levé) le mit en présence du grand chef d'orchestre russo-américain, Serge Koussevitsky, alors directeur de l'Orchestre Philharmonique de New York. Son interprétation du 4ème Concerto de Beethoven, très peu répété, (et pour cause !) laissa une telle impression à Koussevitsky que celui-ci l'invita immédiatement à venir à New York la saison suivante.

Indirectement et familialement, Robert était déjà entré dans le monde américain lorsqu'en 1921 il devint assistant d'Isidore Philipp , alors professeur au Conservatoire Américain de Fontainebleau. Ce Conservatoire avait été crée en 1921 conjointement par Francis Casadesus (l'aîné des oncles de Robert) et par Walter Damrosch, directeur du New-York Philharmonic.

Les deux hommes s'étaient rencontrés en 1917 pendant la guerre au camp de Chaumont où Francis enseignait l'harmonie aux chefs des fanfares militaires américaines, aidé de plusieurs musiciens français.(André Caplet, Jacques Pillois ... ) Walter Damrosch enthousiasmé par cet enseignement, avait pensé qu'il devrait se pérenniser pour de jeunes musiciens américains, une fois la guerre finie.

C'est ainsi que commença la longue histoire qui unit Robert et sa famille aux Etats-Unis. Le Conservatoire américain de Fontainebleau jouera pour les Casadesus un rôle prépondérant auquel Robert n'avait sûrement songé en ce début des années 20. Dès les années 30, Robert démarre une carrière américaine, qui le voit revenir, chaque année, à New York et partout ailleurs dans ce vaste pays. Il joue sous la baguette des plus grands : Toscanini, Koussevitsky, Rodzinsky, Mitropoulos, Walter ...


La traversée de l'Atlantique n'a plus de secret pour lui et il prend goût à la vie sur les transatlantiques qui relient Le Havre à New York ! Fin gourmet, fumeur de cigares,ces moments de détente sont pour lui et Gaby autant d'instants de bonheur partagé. La déclaration de la deuxième guerre mondiale trouve la famille Casadesus aux Etats-Unis. La famille s'était agrandie avec la naissance de deux garçons : Jean, en 1927 et Guy en 1932. Venus pour la saison d'été du Conservatoire américain de Fontainebleau, côté américain, des amis leur avaient suggéré de louer une maison à Princeton plutôt que de loger à l'hôtel,pendant trois mois avec de jeunes enfants.

C'est alors que le retour en France s'avère impossible étant donné les circonstances. Robert et Gaby décident donc de rester aux Etats-Unis. Ils ne se doutaient pas alors que l'exil durerait six ans….

C'est ainsi que les garçons firent leurs études comme n'importe quel petit ; Jean avait démarré le piano, tout jeune, avec Tante Rosette et marchait sur les traces de ses parents. Guy, lui, mis au violon, n'en eut cure et se tourna sans hésitation vers le jazz.


En 1942, une petite Thérèse vient se joindre au quatuor. Robert, heureux d'avoir une fille, la surnomme, "la dauphine" et compose pour elle une berceuse. Née aux Etats-Unis, Thérèse y fera sa vie et épousera un américain. Les six années américaines furent une expérience passionnante pour tous. La famille connut plusieurs déménagements, donc plusieurs maisons. Robert et Gaby durent se familiariser avec la langue américaine que Robert parlera toute sa vie avec un accent à la Maurice Chevalier ! Ils rencontrent d'autres exilés comme eux. Albert Einstein, leur voisin à Princeton, fut l'un d'entre eux. Passionné de musique (on sait qu'il jouait très correctement du violon) il participa avec eux à des concerts amicaux autour de Mozart.

Ce long séjour américain verra aussi la naissance de ce qui deviendra le célèbre duo piano-violon "Casadesus-Francescatti" qui rayonnera de nombreuses années dans le monde entier.
Les hasards de l'exil firent se recontrer ces deux musiciens aussi talentueux l'un que l'autre. Zino Francescatti et sa femme Yolande avaient été, eux aussi, obligés de rester aux Etats-Unis où ils se trouvaient en 39. Ils s'étaient retrouvés, pendant l'été 1942, voisins des Casadesus. Heureux hasard ! Débuté par des concerts d'après-midi pour faire de la musique ensemble, le duo, sans tarder, se fit connaître des professionnels. S'en suivirent concerts à travers le pays, disques chez Columbia (devenu CBS et aujourd'hui Sony) et après la guerre, tournées internationales.

Le duo ne fut dissout qu'à la mort de Robert. Tous deux s'entendaient à merveille, il faut les avoir vus complices de chaque instant, en répétition, avoir ressenti leur concentration pendant un concert, toujours dans l'amour de la musique partagée, pour conclure que ces deux-là étaient faits pour se rencontrer. Leurs enregistrements, entre autres, des sonates pour piano et violon de Beethoven en sont toujours le témoin vivant. Les Etats-Unis, ce fut aussi la continuation de l'Ecole de Fontainebleau pour laquelle Gaby déploya une énergie et un dévouement sans mesure.

Elle se battit bec et ongles pour surmonter les difficultés matérielles, qui ne manquèrent pas en cette période de guerre, les Américains ayant, à leur tour, rejoint le combat et ne portant pas une attention particulière à la logistique d'une école de musique. Mais, pour Gaby c'était une priorité et elle le fit savoir, se débattant pour obtenir les subventions nécessaires au fonctionnement.

Après la guerre, le Conservatoire américain rouvrit ses portes à Fontainebleau pour les sessions d'été. Robert fut le premier directeur de cette école ressuscitée jusqu'au retour de Nadia Boulanger, autre exilée aux Etats-Unis durant les années sombres. Cet exil forcé deviendra dans le souvenir une tranche de vie heureuse, malgré l'éloignement du reste de la famille et l'absence de nouvelles de ce qui se passait réellement là-bas. Durant ces longues années, les Casadesus ont côtoyé tout ce que le Nouveau Monde comptaient de grands musiciens d'origine ou également exilés comme eux. Les intellectuels s'étaient pour beaucoup réunis autour de New York ou sur la côte ouest. Parmi ces personnalités, ils firent la connaissance de Belà Bartok, qui avait fui la Hongrie. Son oeuvre, à l'époque, ne rencontrait guère l'adhésion du public américain. Il mourut à New York dans une quasi misère, des suite d'une grave maladie, en 1945. Strawinsky est là, lui aussi, ainsi que Darius Milhaud qui, avec sa femme Madeleine, deviennent de vrais amis. Le jeune Leonard Bernstein fait déjà parler de lui ; Horowitz, gendre de Toscanini, règne sur le piano à New York.

Enfin l'armistice est signée, le 8 mai 1945, et un an plus tard la famille Casadesus rentre au pays. Fontainebleau voit renaître le Conservatoire américain, Robert, Gaby et les enfants réintègrent l'appartement de la rue Vaneau. On retrouve la famille, les amis. On réapprend à vivre "à la française". Toutefois, dans l'euphorie du retour, un événement douloureux vient frapper la famille : la petite Thérèse contracte la poliomyélite auprès d'un étudiant américain au cours de la session d'été du Conservatoire américain de Fontainebleau. Sans changer en rien la vie quotidienne et les tournées, Gaby et Robert se mobilisent et luttent à ses côtés pour l'aider à retrouver sa motricité. Ce combat, mené avec ténacité et amour, portera ses fruits. Chaque année, l'Amérique accueille Robert pour des concerts et des récitals à travers ce continent qu'il connaît si bien. Les disques s'enregistrent soit à New York, soit à Paris, toujours pour Columbia devenue CBS disques.

Les chefs qui accompagnent alors Robert s'appellent, entre autres...
Ormandy Mitropoulos Munch Szell Bernstein


Les festivals européens retrouvent chaque été Robert, Robert et Zino, Robert, Gaby et Jean car Jean, à son tour, a entamé une carrière internationale. Il partage son temps entre les Etats-Unis et Paris, ayant une résidence de chaque côté de l'Atlantique. Il a épousé Evie Girard, fille du peintre André Girard, qui, avec sa famille, avait également vécu Outre-Atlantique durant la guerre. Les Girard avaient fait partie des amis unis par l'exil. Avec ce mariage, les liens devenaient familiaux. Les trois pianistes vivent leur carrière de façon indépendante, mais ils aiment à se retrouver à deux ou trois pianos pour interpréter Bach, Mozart ou Robert Casadesus : Robert a, en effet, composé un concerto pour trois pianos afin de souder encore plus, selon l'expression des américains "la première famille du piano".

La famille, mot qui avait un sens sacré pour Robert. La famille, qui durant l'été, entre deux concerts ailleurs, se retrouvent dans la maison de Recloses, près de Fontainebleau et, durant ces plages de repos, les trois pianos cèdent la place à trois vélos que les trois pianistes enfourchent allègrement pour faire de longues balades en forêt. Comme dans toute famille, la vie aura apporté aux Casadesus son lot de joies et son lot d'épreuves. L'année 1972 sera sans doute la plus tragique qu'elle aura traversée. En janvier, Jean meurt tragiquement dans un accident de voiture : de mauvaises conditions climatiques ont empêché l'avion que Jean devait prendre pour aller donner un concert au Canada de décoller. Avec un autre passager, il décide de louer une voiture. La route était glissante. Jean était assis à côté du chauffeur...

Robert atteint au plus profond de lui-même ne parvient pas à surmonter sa douleur. Sa santé décline rapidement. Il doit annuler bon nombre de concerts durant l'été. Le 19 septembre, il rejoint Jean. Gaby, anéantie par cette double épreuve, qui, la même année, affecte sa vie d'épouse et de mère, fait face avec courage et décide de perpétuer le souvenir de son mari. Son charisme et sa ténacité lui permettront d'aboutir pleinement.

Aujourd'hui, grâce à elle, son fils Guy et sa fille Thérèse, son cousin Jean-Claude Casadesus (directeur de l'Orchestre National de Lille) et de nombreux amis, le nom de Robert Casadesus est associé à bon nombre de manifestations : concerts, concours, ("Les Rencontres Internationales de Piano à Lille"), publications de ses oeuvres, articles, ré-éditions et nouveautés discographiques, émissions radiophoniques ou télévisées, créations d'œuvres, site internet, etc., évènements qui témoignent régulièrement et avec vivacité du rayonnement inéluctable de l'artiste.

Jacqueline MULLER. Octobre 2002


Vers le haut de la page